Voilà un très beau coup de coeur ! 

eho_nohantcLa part des flammes est un roman chorale qui relate le drame de l'incendie du Bazar de la charité survenu en mai 1897 à Paris ; il s'agit d'une vente organisée par la noblesse au profit des plus démunis et où se pressent les dames de l'aristocratie parisienne afin d'y vendre leurs effets. Le dimanche 4 mai, alors que la vente bat son plein, un feu se déclare au fond du batiment en bois où se déroulait une démonstration du tout nouveau cinématographe. La chaleur aidant, ainsi que le goudron qui constitue le plafond, le feu se répand très vite et la panique gagne la centaine de personnes présente sous le bâtiment qui possède peu d'issues. On dénombrera environ 120 victimes, brûlées vives, dont une très grande majorité de femmes, laissant Paris traumatisé et en deuil pour quelques mois.

Nous suivons ici plusieurs personnages, réels ou fictifs, victimes ou témoins de la catastrophe. Grâce à une écriture sensible, fine et souvent poétique, on vit avec eux l'effroi, la souffrance physique liée aux brûlures, l'angoisse de savoir qui a survécu, le choc traumatique et le deuil. 

J'ai été littéralement happée par ce roman et par ces personnages qui m'ont tellement émue ! Parfois à bout de souffle, j'étais moi aussi enfermée dans ce bazar en feu avec Violaine et tentait désespérément d'échapper aux flammes, j'angoissais avec Laszlo de retrouver Constance parmis les corps carbonisés, et la force du désespoir de Georges me faisait moi aussi penser que, peut-être, la duchesse d'Alençon ne faisait pas partie des victimes... 

Au delà de l'intrigue, et malgré les libertés prises par l'auteure, le réalisme historique est là : on retrouve tous les aspects de la Belle Epoque, de la lutte entre un catholicisme de plus en plus décrié et une laïcité au bord du triomphe, entre la Monarchie regrettée par la noblesse et la République encore en recherche de crédibilité, les débuts du cinématographe et les abus de l'aliénisme et des études phychiatriques sur les femmes... On est plongé dans cette période de l'Histoire où la France, remise de la défaite subie 20 ans auparavant, prépare sa revanche de 1918.

Une très belle découverte donc (et je remercie Marie de m'en avoir parlé!), que je recommande à tous, même ceux qui ne lisent pas forcément de roman historique. Et je tiens le pari : vous allez aimer ce livre !

 

La part des flammes

Gaëlle Nohant

Editions HELOISE D'ORMESSON

 

Pauline